Discours en 5 points à L'Elysée

Publié le par Globalisteur

Le discours de Nicolas Sarkozy lors de son investiture à L'Elysée

Les principaux points de la première allocution présidentielle de Nicolas Sarkozy, prononcée après son investiture mercredi à l'Elysée.

sarko-elys--e.JPGFONCTION PRÉSIDENTIELLE : "Je pense à la France (...). Je pense avec émotion à cette attente, à cette espérance, à ce besoin de croire en un avenir meilleur qui se sont exprimés si fortement durant la campagne." "Je pense avec gravité au mandat que le peuple français m'a confié et à cette exigence si forte qu'il porte en lui et que je n'ai pas le droit de décevoir."

DOUZE EXIGENCES :"Rassembler les Français", "respecter la parole donnée", "tenir les engagements", "exigence morale", "réhabiliter les valeurs du travail, de l'effort, du mérite, du respect", "exigence de tolérance et d'ouverture", "exigence de changement", "exigence de sécurité et de protection", "exigence d'ordre et d'autorité", "exigence de résultat", "exigence de justice", "exigence de rompre avec les comportements du passé".

OUVERTURE
: "Au service de la France, il n'y a pas de camp, il n'y a que les bonnes volontés de ceux qui aiment leur pays, il n'y a que les compétences, les idées, les convictions de ceux qui sont animés par la passion de l'intérêt général (...). A tous ceux qui veulent servir la France, je dis du fond de mon cœur que je suis prêt à travailler avec eux et je ne leur demanderai pas de renier leurs convictions, de trahir leurs amitiés et d'oublier leur histoire."

DIPLOMATIE ET EUROPE : "Je ferai de la défense des droits de l'homme et de la lutte contre le changement climatique les priorités de l'action diplomatique de la France. Je vais me battre pour une Europe qui protège, parce que le sens de l'idéal européen, c'est de protéger les citoyens de l'Europe. Je me battrai pour l'union de la Méditerranée. En tournant le dos à la Méditerranée, la France a cru tourner le dos à son passé. En fait, elle a tourné le dos à son avenir. Je me battrai pour le développement de l'Afrique, parce que le destin de l'Europe et celui de l'Afrique incontestablement sont liés."
 
HOMMAGES À SES PRÉD
ÉCESSEURS : "Je pense au général de Gaulle qui sauva deux fois la République (...). Je pense à Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing, qui chacun à leur manière firent tant pour que la France entrât de plain-pied dans la modernité. Je pense à François Mitterrand qui sut préserver les institutions et incarner l'alternance politique, à un moment où elle devenait nécessaire, pour que la République soit à tous les Français. (...) Jacques Chirac, pendant douze ans, a œuvré pour la paix et fait rayonner dans le monde les valeurs universelles de la France, au rôle qui a été le sien, pour faire prendre conscience à tous les hommes de l'imminence du désastre écologique et de la responsabilité de chacun d'entre eux envers les générations à venir."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-910948,0.html

Le Monde du 16 mai 2007

Publié dans Programme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article