Souvenir amer du 6 mai 2007 ... Romain face à la justice Sarkozienne

Publié le par Globalisteur

2007-06-07T184520Z-01-NOOTR-RTRIDSP-2-OFRTP-FRANCE-MANIFESTATION-JUSTICE-MEDIA-20070607.jpgSouvenez-vous le 6 mai dernier ...
Un pavé dans la main : quatre mois ferme !

Romain, journaliste, a été arrêté lors des manifestations du 6 mai sur la place de la Bastille. Il est condamné à 4 mois de prison ferme pour « tentatives de violences volontaires ». On l'accuse d'avoir lancé un pavé. Problème : il est innocent. Son cas n'est pas isolé.

magbreves4917romain-copie-1.jpg



Un concert de soutien à Romain et aux victimes d'une justice expéditive est prévu le vendredi 22 juin prochain au 
« Point Ephémère», à partir de 20 h (200, Quai de Valmy – 75010 Paris).

A travers l'histoire de Romain, nous cherchons à dénoncer ces condamnations de prison extrêmement sévères qui ont été rendues en France ces dernières semaines, et sensibiliser un maximum de personnes sur les conditions de la vie carcérale, les difficultés de communication entre le détenu et ses proches et la question de la réinsertion.

Participation et soutien de nombreux artistes et personnalités à cet événement : Jamel Debbouze, Serge Teyssot-Gay (guitariste de Noir Désir), Ahmed Hamidi (Auteur des Guignols de l'info), Mélissa Theuriau, les groupes Luke, Stuck In The Sound, Hey Hey My My, Didier Super, Gush, Gordon Sanchez, Gaspard Royant, 3 minutes s/ Mer, Oragenraje, Radiosofa, Captain Brackmard, les Ukulélé Girls + invités surprises.

Présence de l'association "Défense Mouvement Collectif", et des auteurs du documentaire intitulé "A côté".
(30% du prix de l'entrée sera reversé aux associations et à Romain)

RAPPEL DES FAITS

C'est l'histoire d'une condamnation très sévère. Dimanche 6 mai, Romain, 29 ans, reporter musical, se rend place de la Bastille pour exprimer pacifiquement sa déception face aux résultats de l'élection présidentielle. La manifestation dégénère : jets de projectiles, présence de casseurs, charges de CRS, gaz lacrymogènes : c'est la confusion. Romain souhaite rentrer chez lui. Mais tous les accès menant à son domicile près de l'Hôtel de ville sont bloqués par des cordons de CRS. Il est alors interpellé dans la situation suivante : il tient un pavé dans la main, un souvenir idiot de la soirée. Romain est plaqué à terre violemment. Le pied d'un policier écrase son visage et ses lunettes contre une plaque d'égout. Un policier en civil déclarera l'avoir vu lancer trois pavés « sans pouvoir dire si ces pavés ont atteint ou blessé les gendarmes », ce que Romain conteste, appuyé par plusieurs témoins.

Mercredi 9 mai, Romain est jugé en comparution immédiate par la 23ème chambre correctionnelle. La garde à vue, très éprouvante, a duré 24 heures. Il est mis en détention provisoire, après passage devant le Juge des Libertés. Il est maintenant à la maison d'arrêt de Fleury Mérogis.

Le pire est à venir car dans l'attente de la comparution, il passe la journée au « dépôt » du Palais de justice.
Il est malade : les gaz lacrymogènes et ses conditions de détention ont réveillé son asthme. Il est sous-alimenté : on ne lui a donné qu'une compote et une bouteille d'eau de 33 cl en 24 heures. Il est exténué : il n'a pu « dormir » que quelques heures, roulé en boule à côté des toilettes d'une cellule partagée avec 6 prévenus, dont un toxicomane en manque qui hurle sans que les gardiens ne réagissent. Quelques prévenus, dans la cellule voisine, mettent le feu à des bouteilles en plastique. D'épaisses fumées noires et nauséabondes s'échappent. Plusieurs crient, appellent les secours… Ce n'est que 25 minutes plus tard que l'incendie sera finalement éteint par les forces de l'ordre.

C'est dans cet état d'épuisement que Romain se présente à la barre. Son avocat, commis d'office, omet de l'informer de la possibilité d'un report du jugement. Il lui conseille de faire profil bas, de « remercier le policier de l'avoir interpellé avant qu'il ne commette l'irréparable ». Romain s'excuse ainsi pour des faits qu'il n'a pas commis. Les témoins ne seront pas entendus. Le jugement est rapide : quatre mois de prison ferme. Romain repart à Fleury-Mérogis. Le dossier n°12 est traité. Romain n'a pas fait appel de cette décision, car les délais pour obtenir que l'affaire soit rejugée sont trop longs par rapport à la durée de sa peine : Romain aurait été rejugé après exécution de sa peine. Etant donné le contexte actuel, ses chances d'être remis en liberté avant la tenue de son nouveau procès ont été jugées trop faibles par son nouvel avocat.

Romain n'est ni un activiste, ni un casseur. Originaire de Valenciennes, fils d'enseignants, son casier judiciaire est vierge. Après des études de droit et de journalisme, il a travaillé pour MCM, M6, Europe 2 TV et divers sites web.

Son incarcération représente une lourde atteinte à l'image de notre pays. Romain n'a pas eu le temps de préparer convenablement sa défense. De nombreux magistrats ont également été scandalisés par la lourdeur de cette peine, compte tenu de son profil et des faits. Dans ces conditions, la France peut-elle accepter de rendre une justice d'exemplarité ?

Nous, famille, amis et collègues, estimons important d'attirer votre attention sur son cas.  Qui n'est pas isolé.

De nombreux médias se sont déjà penchés sur l'affaire : Libération, Le Canard Enchaîné, les Inrockuptibles, Politis, Technikart, 20 minutes, la Voix du Nord, la Matinale et les Guignols de l'info sur Canal+, France 2, Radio Nova, Ouï FM, Le Nouvel Obs.fr, latélélibre.fr …
Carnet de bord depuis Fleury-Mérogis : http://prison.blogs.liberation.fr/

Nous espérons que d'autres suivront. Les témoins des faits qui lui sont reprochés n'ont pas été entendus par la justice. Ils sont disponibles pour être entendus par les médias.

http://rm.blog4ever.com 

Publié dans Actions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article