SARKOZY USE DES NOUVELLES PRATIQUES DU POUVOIR

Publié le par Globalisteur

LE POUVOIR ... CA SE PRATIQUE SEUL ... UN SEUL LE PRATIQUE ... NICOLAS SARKOZY

superman-teaser-jpg.jpgS’il est un fait marquant en ce début de quinquennat, il est dans la manière dont Nicolas Sarkozy gouverne le pays. Une dynamique semble s’être créée depuis la campagne, mais contrairement aux habituelles prises de pouvoir, elle n’a pas faiblit depuis l’élection.
Alors que Chirac resta très effacé, semblant presque se protéger dans sa tour d’ivoire, Nicolas Sarkozy est très présent sur la scène politique et médiatique. Ayant sans doute compris que c’est l’isolement du pouvoir qui avait tué la légitimité de Chirac et voulant se prémunir d’un tel assassinat médiatique, Nicolas Sarkozy appréhende le gouvernement en premier lieu comme un contrôle sur l’opinion.

Contrôler l’opinion passe d’abord par un ton tranché, qui se veut proche du peuple, et qui rompt avec la langue de bois habituelle. Nicolas Sarkozy manie avec excellence la séduction dans sa manière de s’exprimer (ton chaud) et conduit la communication le plus proche possible de ses interlocuteurs avec le but ultime de créer une complicité. En cela, il faut lui reconnaître des qualités dans le leadership et le management, atouts qui font la réussite des grands patrons d’entreprise.

sarkozy1bu8.jpgAlors qu’on avait amplement reproché à Chirac son immobilisme, Sarkozy inscrit sa présidence dans le mouvement. Il se veut le plus opérationnel possible, engagé dans toutes les actions. En outre, il se défend d’être un « intellectuel » et se revendique « pragmatique » donc aux contacts des préoccupations des gens et non dans les hautes sphères de l’intelligentsia parisienne. Il se pose en fin de compte en adversaire de l’énarchie ce qui explique peut-être la constitution peu conventionnelle de son gouvernement.

Mais à rechercher l’efficacité sur chaque sujet, Nicolas Sarkozy donne l’impression de peu réfléchir à la cohérence de l’ensemble de son action. Autant il ressort que c’est un homme dans l’action, autant le sens de son action reste confus. N’existant pas chez lui de corpus doctrinal bien défini, sa pensée est multiple ; du coup son action relève plus de l’opportunisme que d’une ligne conductrice définie. Concrètement cela se traduit par un gouvernement hétéroclite où l’accent est surtout mis sur la capacité de travail, la jeunesse, l’envie mais très peu sur la réflexion de fond. Sachant qu’en plus d’être une force de travail, le gouvernement de François Fillon est pour le chef de l’Etat un outil de communication qui sert son unique cheval de bataille idéologique, la discrimination positive ; une façon de familiariser nos consciences à l’accentuation de la communautarisation de la société et au délitement de notre identité historique dans un magma cosmopolite mondial. Une idée pas forcément neuve d’ailleurs, puisqu’il l’empreinte aux USA.

http://fr.novopress.info/?p=8534

Publié dans Abus de pouvoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article